Actualités

[22/03/2017] Smile participe au salon Cloud Computing World Expo

Smile interviendra ce mercredi 22 mars au salon Cloud Computing World Expo pour présenter notre projet collaboratif OCCIware (plateforme standard outillée de connecteurs Cloud).

[22/03/2017] Smile vainqueur des IoT Awards 2017 !

Lors de l'IoT World à Paris, Smile a remporté l'IoT Award dans la catégorie "High-tech" pour son projet de cabine connectée avec Coved.

[17/03/2017] Smile dans le Journal de l'Emploi sur Demain TV

Géraldine Moreau-Luchaire, notre Responsable Recrutement, nous parle des 350 postes à pourvoir en 2017 !

Toutes les actualités
       
Guillemet ouvrant les tribunes libres
du web et de l'open source Guillemet fermant

Aider les entreprises françaises dans leur R&D open source

Faut-il un "Cloud français", un "moteur de recherche français", du "big data français" ? Dans pratiquement tous les domaines de pointes, le logiciel open source joue un rôle central. Mais l’open source peut-il, doit-il, être spécifiquement français ? Et si l'open source est sans frontière, pourra-t-on aider spécifiquement les entreprises françaises ?

Faut-il un "Cloud français", un "moteur de recherche français", du "big data français" ? Dans pratiquement tous les domaines de pointes, le logiciel open source joue un rôle central.   Mais l’open source peut-il, doit-il, être spécifiquement français ?  

Nous avons vu la semaine dernière que dans la démarche humaniste de l’open source non marchand, celui des fondations et des communautés, la nationalité du projet importait peu.  Mais l’open source n’est pas qu’affaire de biens communs, il existe aussi des entreprises qui ont construit leur modèle économique sur la création et la diffusion de logiciels open source. Ce sont en premier lieu les éditeurs open source, ils sont au cœur d’une filière industrielle où figurent aussi nombre de prestataires de services open source, d’intégration, de formation, de support, d’hébergement.  Comme en témoigne une récente étude menée par le CNLL, cette filière comporte beaucoup d’entreprises de petite taille, qui sont en croissance malgré la crise.

Doivent-ils être français ?   Ici, sans hésiter, on répondra Oui, évidemment : il faut qu’il y ait davantage d’éditeurs open source français, et surtout qu’il y en ait davantage qui réussissent à l’échelle globale où se joue le marché du logiciel. Les éditeurs et intégrateurs open source sont des entreprises souvent jeunes et dynamiques et certains sont déjà sur un marché mondial. Ils sont les catalyseurs d’un large écosystème qui représente 30 000 emplois en France, et porte une croissance annuelle de près de 30 %. 

Il faut qu’ils réussissent, qu’ils exportent, qu’ils conquièrent le monde, c’est une évidence. Ils sont la relève des industries anciennes déclinantes, et il nous semble que le gouvernement devrait s’en préoccuper plus encore.

Justement, c’est la question plus particulière que l’on veut poser ici : faut-il les aider les entreprises françaises dans leur R&D open source ? 

Les éditeurs open source sont parmi les premiers visés par les dispositifs d’aide à la R&D dans le logiciel. Au sein du pôle de compétitivité Systematic-Paris-Region, le Groupe Thématique Logiciel Libre(GTLL) a fait éclore 33 projets en 5 ans, représentant un effort de R&D open source de plus de 140 millions d’Euros.

Si l’État aide la R&D, y compris open source, des entreprises françaises, ce n’est pas pour faire progresser la connaissance et la technologie en général, mais pour les aider spécifiquement à être mieux armées que leurs concurrents, en particulier étrangers. Nous ne sommes plus ici dans la sphère humaniste. Cette finalité nationale est légitime, puisque ces aides de l’État proviennent des impôts et taxes prélevés sur les entreprises et les contribuables français : d’une certaine manière, il s’agit de rendre aux entreprises françaises une partie de ce qui leur a été pris, sous la condition d’une utilisation bien définie, jugée bénéfique pour l’économie.

En ces temps de crise, tant de l’économie que des finances publiques, les pouvoirs publics seront naturellement soucieux des retombées de leurs aides, tant de manières directes par les emplois de R&D induits, que de manières indirectes et avec effet de levier fort, par la compétitivité améliorée des entreprises qui en bénéficient. En clair : les aides, et les retombées des aides ne doivent pas quitter la France, et même, pour certaines, la région ; si elles bénéficiaient à d’autres, elles perdraient leur caractère de différentiels compétitifs.

L’open source a quelques caractéristiques fondamentales qui se prêtent mal à ce cloisonnement, du moins qui lui confèrent une moindre étanchéité. Comme on le sait, un logiciel open source peut être librement utilisé, étudié, modifié et redistribué, sans condition. Ainsi, un logiciel open source novateur, issu d’un projet ayant bénéficié d’aides publiques françaises ou européennes, pourra servir aux concurrents étrangers des entreprises françaises. Et les entreprises qui ont participé à ce projet, et qui ont elles-mêmes financé l’investissement ne pourront revendiquer un monopole dans l’exploitation de ce logiciel.

Il est donc essentiel de faire comprendre aux pouvoirs publics que, même en l’absence de monopole d’exploitation, la R&D fondée sur l’open source est un vecteur puissant de compétitivité. Et de parvenir à faire évoluer les dispositifs d’évaluation, mais aussi de construction des projets, pour en tenir compte.

La démonstration est assez facile : il existe tellement d’entreprises éditrices de logiciel open source qui ont connu un succès rapide et mondial. On peut citer quelques champions français de l’open source, parmi lesquels Talend, Nuxeo, Sensio (Symfony), Obeo, Nexedi, etc. 

Open source ou non, l’éditeur d’un produit conserve une légitimité incontournable, quasiment exclusive, pour commercialiser une variété de services autour de son produit, et construire un modèle économique solide. Un éditeur open source permet à une majorité d’utilisateurs de son produit de l’utiliser sans être source de revenus pour l’entreprise et si cela lui posait problème, il faudrait qu’il change de modèle. Le deal fondateur du modèle est en général celui-ci : le caractère open source permettra une diffusion mondiale ultrarapide – si le produit est bon, bien sûr – et le fait qu’une partie seulement des utilisateurs soit source de revenus pour l’éditeur est une concession nécessaire pour ce marketing planétaire gratuit.   Et si tant d’éditeurs nouveaux font le choix de ce modèle, c'est que le deal est favorable, bien sûr.

Il est vrai qu’un concurrent pourrait proposer une gamme de services autour du même produit, sans avoir investi pour le créer. À commencer par des services de support. Il pourrait aller plus loin même, et créer un "fork" du produit, c'est-à-dire une branche de développement nouvelle. Tout cela est autorisé, irrévocablement, par une licence open source. Mais dans la pratique, ça n’arrive que très peu. Le coût serait énorme, et la légitimité de l’éditeur sur le support du produit que ses équipes ont bâti est difficile à concurrencer. De plus, on peut imaginer que les clients eux-mêmes hésiteraient à envoyer leur budget de support à ces concurrents moins experts, et à mettre en danger la pérennité du produit.  

Dans la pratique, les "forks" sont très rares, et sont plutôt initiés, non par des entreprises concurrentes, mais par des communautés craignant qu’un produit open source ne se referme, que l’éditeur ne le transforme en produit propriétaire.

Il faut évidemment des éditeurs open source français, il en faut plus et de plus grands, et tant mieux s’ils concurrencent des solutions d’autres pays, et tant mieux s’ils gagnent. Eh Oui, il faut les aider à se lancer et à se développer. Le modèle open source, s’il permet en général une meilleure diffusion de la connaissance, n’empêche pas la construction d’un avantage compétitif fort, de barrières à l’entrée en forme d’expertise unique. Si les éditeurs de logiciels font le choix de l’open source, c’est qu’ils ont bien compris que ce sera un atout pour eux, sur leur marché national et plus encore pour conquérir le monde.

Patrice Bertrand

Commentaires

Soyez la premiere personne à ajouter un commentaire sur cet article.
Ecrire un nouveau commentaire