Actualités

[22/05/2017] Des Smiliens récompensés lors du Hackathon Carrefour !

Notre équipe, composée en partie de Smiliens, a remporté le Prix du Code et celui de l'Incubation lors du Hackathon Carrefour, organisé ce week-end à Paris !

[18/05/2017] OpenShift, le nouveau livre blanc Smile !

Smile publie aujourd'hui un livre blanc dédié à OpenShift, le PaaS open source orienté DevOps. A télécharger dès maintenant !

[15/05/2017] Smile décroche le label HappyAtWork 2017 !

Pour la 2ème année consécutive, Smile obtient le label HappyAtWork for Starters qui récompense les entreprises où il fait bon débuter sa carrière !

Toutes les actualités
       
Guillemet ouvrant les tribunes libres
du web et de l'open source Guillemet fermant

"Nous créons un patrimoine mondial du logiciel"

A la tête du Conseil National du Logiciel Libre (CNLL) Patrice Bertrand milite pour une meilleure reconnaissance des logiciels open source. Accessibles, modifiables et duplicables par tout le monde, ces logiciels généralement gratuits forment un secteur économique à la croissance exponentielle.

Y a-t-il un modèle économique du logiciel libre ?

Il y en a deux  au moins. D'abord des fondations de grandes entreprises du secteur informatique trouvent un intérêt à financer des projets comme Linux ou Apache. C'est une sorte de Recherche et Développement mutualisé qui est tout à fait intéressé puisque les grandes firmes se servent ensuite des outils. L'autre grand modèle est celui des éditeurs de logiciels open source qui ne vendent pas leur logiciel mais l'expertise et le support pour l'installer et l'exploiter au mieux.

Ces modèle sont-ils viables à long terme ?

Oui, les Fondations travaillent depuis plus de quinze ans et il y a eu de très belles réussites dans les start-ups éditrices open source. C’est un secteur industriel avec des entreprises en bonne santé qui créent des emplois en France. Quelques exemples suffisent à le comprendre : le cloud (stockage de données à distance) ou la gestion des gros flux de données sont des innovations issues de l’open source.

Vous interpellez souvent le gouvernement sur sa responsabilité dans la promotion de ce type d’outils. Vous sentez-vous entendus ?

Nous ne sommes pas très satisfaits de la façon dont le gouvernement traite la question. Même si des progrès ont été faits, dans l’équipement des services publics en logiciels libres par exemple, avec la récente circulaire Ayrault. Mais il y a encore des progrès à faire dans la commande publique ou sur des sujets comme les brevets logiciels, auquels nous sommes opposés.

Propos recueillis par Julien Sartre

Patrice Bertrand

Commentaires

Soyez la premiere personne à ajouter un commentaire sur cet article.
Ecrire un nouveau commentaire